Malgré une proposition alléchante pour les entreprises, le modèle de management Holacratique penne à convaincre. Le principe du modèle proposé par Brian J. Robertson est celui d’une organisation non-pyramidale qui se repose sur le travail d’équipes auto-organisées. Quelques cas existent que ce soit dans l’intégralité de structures ou en expérimentation dans des unités internes. Quelques grands noms comme Zappos ou Medium qui se reposaient sur ce modèle ont même fait machine arrière.
Derrière un constat mitigé, un véritable mouvement semble toutefois se dégager avec la mise en avant du collaboratif et une vision de l’autorité plus en phase avec les attentes des nouvelles générations.

Les limites de l’utopie holacratique 


En 2015, Tony Hsieh faisait table rase sur la hiérarchie de son organisation Zappos. L’expérience qui visait à promouvoir une entreprise qui favorise le bien être et l’innovation tourne court et 14% à 30% des salariés quittent l’entreprise pour les mêmes raison: la confusion. Les process mis en place n’ont au final pas libérer les salariés qui voient leurs décisions et comportements dictés par un système.

Structure vs. organisation des entreprises 

Le sociologue François Dupuy parle de confusion entre la structure et l’organisation. Il démontre l’échec managérial de confondre la structure et l’organisation. Il ne suffit pas de changer les process et la hiérarchie pour changer une organisation.
Le vrai pouvoir ne semble pas être dans la hiérarchie mais plutôt dans la capacité des salariés à s’organiser autour d’un projet ou d’une vision.

La révolution de velours pour favoriser la collaboration

Favoriser la culture collaborative d’une organisation serait donc un moyen de dépasser l’holacratie c’est à dire permettre les accès à l’information non plus en fonction d’une hiérarchie mais plutôt en fonction des pouvoir des individus et de leurs interactivités. Des solutions numériques comme les réseaux sociaux, de nouveaux outils de gestions de projets calqués sur l’agilité des entreprises, des outils de partage de fichiers ..

Source : Face à l’utopie holacratique, célébrons le collaboratif!