La transformation numérique est un enjeu important. Un rapport du BCG met l’accent sur le besoin de formation des professions intermédiaires.
Le numérique est aujourd’hui dans la tête et les mains des consommateurs français mais malgré cela, les entreprises (notamment les plus petites d’entre elles) ont du mal à percevoir les bénéfices de ces changements. Pire encore, plus d’un tiers des PME ne pensent pas à s’engager dans ce virage.

Dans le peloton mais pas en tête de course

La France est aujourd’hui bien placée dans le numérique avec notamment quatre points forts:

  • la qualité des formations scientifiques
  • l’incitation à la R&D (notamment grâce au crédit d’impôt recherche)
  • la mise à disposition des données publiques
  • la cybersécurité

Malgré cela, l’infrastructure telecom reste un point faible qui ne permet pas de se positionner au niveau des leaders (Corée du Sud, Singapour et Finlande)

Un effort à faire sur la formation de masse

Dans un contexte aujourd’hui mondiale, nos talents quittent le pays. C’est un constat et il est aujourd’hui nécessaire de composer avec. Pour preuve, la délocalisation d’une partie des équipe de data-scientists vers Singapour moyennant aides et défiscalisation.
On estime que d’ici 2022, la France se retrouvera en pénurie de talents dans le domaine digital de l’ordre de 200.000 personnes. Il s’agit principalement de techniciens, de développeurs,  web masters, et de spécialistes de cybersécurité.

 

Source: Les PME doivent accélérer leur transformation numérique