Le constat est sans appel: Les entreprises françaises sont à la traine sur l’adoption du numérique.
Nous vivons dans un monde numérique, il est difficile de ne pas le voir ni même le considérer. Pourtant, un bon nombre d’entreprises (se) refusent de passer le cap de la digitalisation. Les raisons sont multiples mais sont généralement liées à un dirigeant qui n’y croit pas, un manque de temps et/ou de ressources financières, une rigidité organisationnelle … Bref, les avantages ne suffisent pas à contre-balancer les obstacles.
Pourtant les entreprises ont énormément à gagner avec cette mutation numérique. Nos voisins européens l’ont bien compris et ont depuis quelques années automatisé chaines de production et processus afin de devenir plus compétitif et le résultat est la !
La question du devenir de ces entreprises inquiètent puisqu’elles pourraient tout simplement disparaitre dans quelques années, écrasées par un environnement de plus en plus numérique et une concurrence (locale et globale) qui a su s’adapter. Considérons par exemple l’e-commerce: Il concerne aujourd’hui plus des 2/3 des français. Seulement 15% des PME ont osé franchir le cap de la vente en ligne. Un drame !
Faut-il continuer de blâmer les dirigeants et les organisations trop rigides ? A mon sens, une partie de la solution se trouve aussi dans l‘accompagnement. Je vois aujourd’hui des gérants qui sont noyés entre du jargon de techniciens et des offres commerciales. Impossibles pour eux de se projeter dans un cadre de développement numérique … Dans une démarche de « sauvetage » de nos PME, est-ce que l’effort ne doit pas être fait par l’ensemble des consultants, éditeurs et intégrateurs ?

Donc, les PME françaises ont du mal à s’emparer du numérique. Parmi 32 % des patrons qui renoncent à « faire quelque chose parce qu’il fallait utiliser Internet » figurent des artisans, des commerçants et des chefs d’entreprise, révèle une enquête 2018 sur L’illectronisme en France du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA)

Source : EcoRéseau Business | Nos PME vont-elles rater leur transition numérique…?